• Jean Luc Duval

Espagne : Ramon, 8 Ans, autiste Humilié et menacé à l'école

Mis à jour : 21 avr. 2018


Deux professeurs et une assistante infirmière du centre d'éducation spéciale Ramón y Cajal de Getafe font l'objet d'une enquête par le tribunal d'instruction local numéro 1 pour un cas possible de mauvais traitement d'un élève autiste de huit ans. Les parents du mineur ont caché un magnétophone dans ses vêtements lorsqu'ils ont détecté que son comportement avait changé. Cela leurs a permis de découvrir que les personnes accusées menaçaient de lui jeter de l'eau ou encore de lui piquer les fesses. Ils se sont aussi moqués de sa façon de parler.


L'enfant, qui est à l'école primaire, a déjà fréquenté cinq autres écoles. Selon le témoignage des parents à la chaîne SER, le mineur n'avait jamais eu de comportement violent jusqu'à ce qu'il commence ses études dans cet école. "Cette impulsivité et cette agressivité que nous avons vu en lui, l'angoisse qu'il a subie, nous l(avons vu des les premières semaines de classes", a déclaré la mère au SER.


Les enseignants ont détecté en novembre de l'année dernière que l'enfant portait un appareil caché. Les parents ont dit au début que c'était un GPS pour le localiser, mais on a vite découvert qu'il s'agissait d'un enregistreur. En conséquence, l'enfant a cessé de fréquenter l'école, comme l'a confirmé un porte-parole du ministère de l'Éducation.


Après avoir examiné le contenu de ces enregistrements, la famille a trouvé des comportements présumés, tels que des menaces, des railleries ou des punitions dans le couloir. Peu de temps après avoir quitté l'école, l'enfant est entré à l'hôpital Niño Jesús, où il a été admis pendant 15 jours et où il est ressorti avec un traitement pour l'apaiser qu'il prends toujours.


Les parents ont décidé de signaler l'affaire au tribunal. Le titulaire du numéro 1 de Getafe a ouvert la procédure préliminaire le 10 janvier. Jusqu'à présent, trois travailleurs ont été interrogés - le tuteur de l'enfant, un enseignant de soutien et un assistant infirmier - et trois témoins, dont le directeur du centre et le directeur des études. Selon des sources judiciaires, l'accusé a déclaré qu'il n'avait aucune intention de maltraiter l'enfant et qu'il agissait en tout temps selon le protocole de l'école. Le magistrat, qui a décrété le secret de l'enquête, n'a pour l'instant pas interrogé d'autres personnes.


D'autres mères qui emmènent leurs enfants dans cette école ont assuré hier matin qu'elles s'identifiaient à la plainte présentée par les parents du garçon de huit ans. Parmi elles, Irene Camacho, qui craint que quelque chose de semblable puisse arriver à son fils de dix ans. Il a déclaré qu'à une occasion, cinq assistants ont retenu l'enfant par terre.


Les trois employés restent dans leurs postes, sans qu'aucune mesure conservatoire ne soit prise contre eux. L'enfant est déjà dans une autre école, selon sa mère.


#aaeh #aah #abs #accessibilité #adaptation #aidant #association #avs #autisme #cch #cnsa #cdaph #collectif #différence #defenseurdesdroits #discrimination #dossier #droit #dyslexie #dyspraxie #école #écoleinclusive #esat #handicap #incapacité #indifférence #injustice #invalidité #mdph #notification #pch #pecs #psychomotricité #scleroseenplaque #scolarisation #sep #sessad #solidarité #tci #teach #témoignage #tolerance #trisomie21 #ulis

224 vues

© 2012 Collectif Citoyen Handicap

Contactez nous

07 81 34 73 39

Ecrivez nous :​

Collectif Citoyen Handicap

4 rue de Valmy

59700 Marcq en Baroeul